CHAPITRE XII

 

            Dreic et Pod s'engagèrent dans un corridor austère, faiblement éclairé par des néons à la lumière jaunâtre. Ils marchèrent droit devant, longeant des murs insipides en ferrobéton. Ils débouchèrent sur un premier croisement et ne sachant quelle direction suivre, ils s'arrêtèrent, estimant les différents embranchements. La voix robotique qui paraissait omniprésente, ne les laissa pas plus d'une seconde dans l'hésitation. Elle les guida pas-à-pas dans le dédale de couloirs, tout en leur expliquant que l'installation Nouveau Départ avait été pensée et construite comme un bunker et qu'à ce titre, le seul accès avait été conçu pour perdre et éliminer les individus susceptibles d'y pénétrer sans autorisation. Le récit fit froid dans le dos de Dreic. " Peut-être était-ce cela le coin paisible, auquel papa faisait allusion dans son holo ? Un peu trop sinistre pour y fonder une famille, mais c'est un excellent endroit pour se planquer des Impériaux" pensa-t-il.

            Le duo débarqua devant une porte semblable à celle de l'entrée, qui semblait marquer la fin des conduits à l'atmosphère glauque et oppressante.

- Nous y voilà, déclara la voix mécanisée.

            Les gonds des lourds battants grincèrent et laissèrent place à la lumière aveuglante du soleil qui chassa les ombres du tunnel. Tout en s'avançant d'un pas hésitant, Dreic tendit sa main devant ses yeux pour se protéger du contraste diurne. Lorsqu'il recouvrit ses facultés visuelles, il resta planté là, littéralement médusé.

            L'ex-cadet faisait face à une immense place, cernée de falaises aux nuances ambrées, découpées au couteau-laser, avec au beau milieu un puissant à-pic obliquant légèrement, mais qui malgré tout, surplombait l'ensemble avec défi.

            Pourtant, ce subjuguant cadre naturel, n'était pas le plus frappant. Coincé entre les falaises et la mésa, le squelette démembré d'un gigantesque vaisseau aux lignes tubulaires reliés par une vaste sphère gisait ici et là. Même d'où il était, soit à un bon kilomètre, Dreic se sentait minuscule, écrasé par ce colosse dont on apercevait par endroit la superstructure en métal comme si elle avait été décharnée par quelques charognards.

            Lobora but du regard le reste de l'endroit. C'était un véritable cimetière spatial. L'énorme carcasse à demi-circulaire abritait des alter égos miniatures éparpillés un peu partout. Ici des poupes arrachées exhibant leurs tuyères distordues, là-bas des troncs d'acier composites aux teints disparates et aux formes hétéroclites appartenant jadis à des navires stellaires. Ces vestiges étaient jalonnés de grues, de chariots anti-grav, de monte-charges et de divers containers aux couleurs bariolées. Il remarqua que dans ce chaos de fer et d'acier se trouvait d'étranges vaisseaux alignés contre l'une des parois. Ils avaient la taille d'un grand cargo, possédaient deux paires d'ailes et se tenaient sur une sorte de terre-plein central ressemblant vaguement à un pied et bizarrement ils semblaient intacts.

- Bienvenu à Nouveau Départ maître Lobora, fit la voix robotique, ranimant par la même occasion son interlocuteur toujours hypnotisé par ce monumental capharnaüm. Je suis CT-41, modèle secrétaire CZ A18, gestionnaire de ce complexe.

- Eh... bien, merci, balbutia Dreic en tournant la tête pour observer le droïde. C'est avec toi que l'on discute depuis que j'ai atterri ? s'informa-t-il.

- Absolument, en l'absence de l'ancien Maître Lobora, j'ai comme objectif prioritaire, la maintenance de l'installation, l'application des protocoles et des systèmes de défenses, ainsi que d'autres directives annexes, en l'occurrence, ici, la gestion et le changement de propriétaire.

            Dreic acquiesça tout en dévisageant l'automate. Son allure se rapprochait bien plus des humains que celle de Pod, notamment à cause de son visage. Néanmoins, avec ses photorécepteurs globulaires qui donnaient l'impression qu'ils pouvaient jaillir de leurs orbites au moindre choc, ajouté à ses "joues" ciselées qui lui conférait un aspect cadavérique, le rendu était plus angoissant qu'autre chose.

- Quelle prochaine action souhaitez-vous accomplir ? questionna CT-41.

- Euh.. je ne sais pas vraiment, répondit-il, pris de court.

- Je peux vous faire visitez le site, mais cela prendra d'après mon estimation quatre heures et quarante cinq minutes. Il y a le centre directionnel qui gère cette installation, mais c'est une forte concentration de données à intégrer, ou je peux vous guider à vos quartiers pour que vous puissiez vous reposez un moment avant de prendre pleinement possession des lieux. Quelle prochaine action souhaitez-vous accomplir ? répéta automatiquement CT-41.

- Eh bien, j'aimerai avoir des explications sur tout ça, fit Dreic après un moment de réflexion. Qu'est ce que mon père fichait ici ? Ou est-il allé pécher toutes ces épaves ? Et pourquoi me l'a-t'il légué ?

- Dans ce cas, le centre directionnel me semble tout indiqué pour vous apporter ce que vous désirez. Mes banques de données pourront aussi vous être utiles.

- Allons-y alors ! C'est par où ?

- J'appelle un véhicule immédiatement, répliqua CT-41, avant de s'adresser à Pod resté muet jusque là. Droïde archiviste AG9, vous êtes consigné dans la salle de maintenance numéro cinq, mettez vous-y en veille, votre présence n'est pas nécessaire, je vous transm...

- Quelle vulgarité ! s'écria Pod. Comment osez-vous me traitez de la sorte ! Je n'obéis qu'à maître Lobora, et certainement pas à votre cervelle positronique huilée d'impolitesse et d'incompétence.

            Dreic ne put retenir un sourire devant la situation.

- Je réitère ma demande une dernière fois, droïde archiviste AG9, vous êtes consigné dans la salle de maintenance numé...

- C'est bon, c'est bon, intervint l'ex-cadet d'un ton amusé, Pod reste avec moi. Il a une fâcheuse tendance à s'égarer dans des conversations sans fin mais il me suit partout depuis un bon moment, autant t'y faire CT-41. Et surtout, ne le sous estime pas, car c'est un droïde plein de ressource. Il a, cependant, tendance à prendre la mouche facilement.

- A vos ordres, dit sobrement le modèle secrétaire.

- Maitre, réclama Pod, j'ai saisi l'intégralité de vos propos et je ne suis pas totalement en adéquation avec la description que vous faites de ma personne. Vous ne pouvez me reprocher d'attacher une extrême importance à la précision. Que se passerait-il si l'on faisait un saut hyperspatial sans exactitude ?  Que se passerait-il si l'on fabriquait des griffes-ciels sans exactitudes ?  Que se passerait-il si ...

- Tu vois Pod, quand je dis que tu prends la mouche... plaisanta Dreic

- Mais... protesta le compagnon électronique, tandis que le speeder déboula dans leur direction.

- C'est bon je te taquine, allez grimpe, on va visiter notre nouveau chez nous. 

Nouveau Départ sur Boz Pity