Jey pénétra lentement dans un vaste parvis s'étendant sur cinq cents mètres. Il s'arrêta un instant et prit le temps d'observer la grande esplanade clôturée par les mêmes murs immenses qu'il avait vu à l'extérieur en venant. Des diodes d'un bleu luminescent couraient droit devant lui jusqu'à l'une des entrées de la garnison. Là aussi, il y avait des casemates qui gardaient les portes. Jey jugea bon de ne pas trop s'en approcher. Ensuite, son regard se porta sur ses cibles : les blindés impériaux. Ces derniers étaient parqués de part et d'autres de l'allée centrale. Les plus proches que vit Jey étaient deux paires de TR-TT avec leurs têtes trapézoïdales rappelant vaguement un visage humanoïde. Derrière ces monstres de métal, il identifia immédiatement une bonne douzaine transports de troupes. Les TTI (Transport de Troupes Impérial) avaient l'habitude de patrouiller dans la capitale et de répandre la peur lors de descentes, ou au cours d'arrestations sauvages. Enfin au loin, il distingua divers véhicules qu'il ne connaissait pas. Sans doute des appareils civils reconvertis pour des fonctions militaires.

            Smarba cessa l'inventaire et se prépara. Il souffla un grand coup, et s'avança jusqu'à mi-chemin. Tout en laissant tourner le moteur, il sortit son datapad de la boite à gant et anima les neuf droïdes qu'il transportait. Il ouvrit également la benne et abaissa la rampe. Il jeta un œil à l'arrière pour s'assurer que tout était en ordre. Certains robots lui tournèrent leurs photorécepteurs comme un signe d'acquiescement. Mentalement, il leur fit ses adieux, à eux, à sa boutique de droïde qu'il tenait depuis trente ans à CapitalChek, et à sa vie passé. Il les regarda descendre avec un brin de nostalgie.

            Bien que tout cela soit symbolique, Jey sentit son estomac se nouer, mais refusa de se laisser emporter, il avait besoin de toute sa concentration. Il activa les charges explosives qu'il avait intégré dans chaque automate. La petite troupe robotique composée d'antiques astromécano, de droïdes de maintenances, et d'unités protocolaires  se divisa et déambula vers leurs cibles: les blindés impériaux.  

            Tandis que les droïdes clopinaient paisiblement, Jey remarqua des stromtroopers qui se dirigèrent vers lui. L'instant d'après, les projecteurs illuminèrent à nouveau son camion, et sa comm se mit à crépiter. " Ca y est, ils doivent savoir...".

            Smarba lorgna ses rétroviseurs, et aperçut le portail qui amorçait déjà le mouvement de fermeture de ses battants. Il ne tergiversa pas. Il démarra en trombe en effectuant un demi-tour serré, et rebroussa chemin. La réaction de l'Empire ne se fit pas attendre, et un instant la zone fut lardée de traits énergétiques verdâtres. Tout en accélérant, il alluma le petit générateur de bouclier qu'il avait installé sur son camion pour l'occasion. Un premier choc le secoua violemment et le fit dévier de l'allée centrale. Il reprit difficilement le contrôle de son véhicule, et redressa la trajectoire.

            Soudain, une violente explosion retentit derrière lui. Il examina son datapad fixé au tableau de bord et constata ce qu'il craignait, les impériaux avaient compris son plan et visaient les droïdes. Il décida d'attendre encore quelques secondes pour laisser le temps à un maximum d'automates d'atteindre leurs cibles.

            Alors que Jey franchit le portail en trombe sous une pluie de lasers, il appuya sur le bouton qui déclencha les bombes intégrées aux droïdes. Aussitôt, il entendit de puissantes détonations. Il espéra profondément que toute cette préparation n'était pas en vaine. Toutefois, il n'eut pas le luxe de s'appesantir sur le sort de cette mission car une nouvelle secousse lui rappela qu'il était une cible assez facile pour les artilleurs impériaux. Il prit alors la direction des collines mornes et stériles de P'Chek. Chaque centaine de mètre parcourue réduisait ses chances d'être touché par les miradors qui le canardaient encore. Plus il s'éloignait de la garnison, et plus le son et l'impact des tirs qui lui parvenait diminuaient jusqu'au retour du calme austère et glacial qu'offrait cette lune.   

            Jey souffla, et essuya la sueur qui perlait de son front. Il regarda de nouveau ses rétroviseurs, et fut soulagé de ne n'y voir que les derniers éclairs verts martelés le sol. Il fila droit devant et rentra dans son datapad le trajet jusqu'a son point de repli.

            Le néo rebelle savoura une relative tranquillité et s'autorisa à contempler le lever du second soleil du système Goroth rasant l'horizon.  Il lui restait une trentaine de kilomètres pour attendre le refuge qu'il avait creusé sous un des nombreux tertres que comptait cette région. De là, il patienterait deux à trois jours afin que la pression redescende et repartirait à CapitalChek à bord de son landspeeder.

            Tandis qu'il recouvrait un semblant de sérénité, un bourdonnement familier se rapprochait à toute vitesse. Il identifia le hurlement caractéristique des chasseurs Tie. Le stress et l'angoisse, rappliquèrent aussi vite qu'ils étaient partis, et s'installèrent dans ses entrailles. Jey chercha désespérément dans ses rétroviseurs, mais il ne vit rien. Les Tie  étaient bien trop haut dans le ciel pour être vu avec des outils aussi basiques. L'absence de senseur faisait cruellement défaut à ce moment critique.

            Smarba n'avait aucune option, il n'avait aucune chance de s'enfuir, ni même de survivre avec deux chasseurs aux trousses. Il devait agir pour gagner un peu de temps et trouver une solution. Il se fia au bruit strident des Tie qui fonçait sur lui, il avait l'impression qu'un monstre volant cauchemardesque  s'apprêtait à le dévorer. Brusquement, il vira à gauche et écrasa la pédale de frein. Une seconde après, les Tie déboulèrent plein gaz et ouvrirent le feu  crachant leurs venins.  Jey fut bringuebalé dans son siège, et tapota sur son tableau de bord pour étouffer les étincelles qui en jaillissaient. L'instant d'après, il sentit des morceaux du sol se soulever et retomber sur la carlingue du camion. Il aperçut brièvement les Tie qui faisaient déjà demi-tour pour finir le travail.

            Jey remit les moteurs en marche , évita les cratères, et fonça droit devant lui. Il ne pourrait pas refaire la même astuce qu'il venait d'accomplir. Il chercha une solution, à ce problème insoluble." Je dois fuir, mais avec ce camion je n'ai aucun chance, je suis bien trop visible, je fais une cible de choix " pensa-t-il.

            Les vaisseaux impériaux chargeaient de plus belle sur lui quand il eut une idée. " Je n'ai plus le choix, de toute façon" se convint-il comme pour lui donner du courage. Il poussa à fond les capacités de son camion et enclencha l'autopilote. Une nouvelle fois, Jey se concentra sur le bruit, et tout à coup, il ouvrit la portière et se jeta par terre , en roulant boulant. Il sentit une violente douleur lui mordre les épaules et les hanches. Il eut à peine le temps de cesser de rouler qu'une nouvelle explosion retentit. Son camion venait d'être pulvériser. Malgré les douleurs qui le tenaillaient, il rampa jusque dans un cratère fraichement taillé. Ce dernier était assez profond, et Jey se colla à la paroi en souhaitant  se cacher du champ visuel des Tie. Il n'avait plus qu'a prier, espérant ne pas être vu depuis le ciel de P'Chek.

            Jey émergea péniblement de sa torpeur, à cause des douleurs lancinantes qui parcouraient son corps. Il s'était assoupi, visiblement épuisé par les événements. Toutefois, il constata qu'il était toujours en vie et que les Tie s'en étaient allés. Il se rappela des derniers moments avant de perdre connaissance. Il s'était collé à plat ventre aux parois du cratère en fonction de l'angle de passage des chasseurs pour camoufler au mieux sa présence. Il se souvint que les Tie, au bout de plusieurs passages, étaient repartis.

            Il s'assit péniblement, et hurla un bon coup. Il venait de gagner contre l'Empire. Il hurla derechef, et ses nerfs le lâchèrent. Ses bras  tremblèrent sous le coup de l'émotion, et il se mit à pleurer et à marmonner dans le vide.

- J'ai réussi... , j'ai réussi pour vous...

            Après un long moment apathique, Jey se releva et se dirigea vers son refuge. L'objectif second de sa mission venait d'être atteint : rester en vie pour continuer la lutte. 

 

jey fuyant un chasseur tie